Gérer son contenu

Comme je le disais dans un billet précédent, l’ère des sites statiques est maintenant révolue et il importe, pour les professionnels comme pour les organisations, de produire régulièrement du nouveau contenu sur son site Web. Non seulement cela prouve-t-il le dynamisme de la personne ou de l’organisation, mais ça aide également pour le référencement, les moteurs de recherche privilégiant les sites dont le contenu est récent.

Cette publication constante (du moins, c’est ce qu’on souhaite) de contenu sur son site Web implique que celui-ci rende la chose conviviale. Dans le cas des sites statiques, normalement montés en HTML, la tâche est plutôt ardue puisqu’il faut entrer dans le code de la page et faire la mise à jour.

Pour cette raison, les gestionnaires de contenus sont devenus la norme au cours des dernières années, notamment la plateforme WordPress dans le cas des sites de petite et moyenne envergure.

Les avantages de WordPress

Dans ses premières années, WordPress était avant tout une plateforme de blogue, principalement reconnue pour sa convivialité à l’utilisation. Elle permettait la publication somme toute assez facile de textes, images et vidéos. Avec le temps, WordPress est devenu un gestionnaire de contenu en règle : ses fonctionnalités se sont complexifiées au point de pouvoir soutenir des sites transactionnels et moyennement complexes.

Au-delà de ces caractéristiques, j’affectionne particulièrement WordPress parce qu’il s’agit d’une plateforme libre, c’est-à-dire qu’elle est gratuite, que son code source est ouvert et qu’elle est soutenue par une très riche communauté de développeurs et d’utilisateurs. Il existe également un vaste éventail de fonctions (widgets) qu’on peut ajouter selon ses propres besoins, et aussi de thèmes (soit de canevas graphiques). On retrouve beaucoup de ceux-ci qui sont gratuits, mais il existe également des thèmes plus « professionnels » qu’on peut acheter sur le Web et qui donnent une coche supplémentaire au design du site (normalement le prix varie en 20$ et 60$).

WordPress.com vs WordPress.org

Vient ensuite la question de l’hébergement du site. WordPress.com offre un service de type « tout inclus » qui permet de faire l’achat du nom de domaine et d’héberger gratuitement le site. C’est une solution facile et économique pour qui ne veut pas trop se casser la tête, sauf que les fonctionnalités sont limitées et qu’il n’est pas possible de faire des modifications manuelles à l’interface (un élément important pour ceux qui osent – et savent comment – se mouiller les mains dans le code). D’autres fonctionnalités peuvent s’ajouter si l’on paie un frais annuel, mais la note revient alors plutôt cher comparativement à l’option d’héberger soi-même sa plateforme.

WordPress.org permet ainsi de télécharger gratuitement la plateforme, qu’on peut ensuite installer soi-même chez son hébergeur. Certes, la manœuvre est plus complexe. Il faut d’abord disposer d’un espace serveur, savoir comment configurer une base de données, installer et l’interface (ce qui est, somme toute, assez simple quand on sait comment s’y prendre, et beaucoup d’information est disponible en ligne sur la marche à suivre). L’avantage est cependant un contrôle complet de la plateforme, qu’on peut personnaliser à souhait (notamment en pouvant modifier le code – et donc l’apparence – du thème) sans autre frais que son propre temps.

À vous de voir quelle plateforme supporte le mieux votre projet de site Web! N’hésitez pas à me faire part de vos commentaires et questions. De toute façon, plusieurs trucs du vendredi viendront vous renseigner sur l’utilisation de WordPress dans les prochaines semaines.

Marc

 

Gérer son contenu by