Outils pour l’écriture Web

Écriture 064, disponible sur Flickr

Plusieurs organisations tombent souvent de leur chaise quand vient le temps d’alimenter leur site Web. L’ère du site statique étant désormais révolue, il faut souvent renouveler l’information présente sur son site pour démontrer sa propre vivacité. Au-delà de la maîtrise technique pour faire la mise à jour du contenu, c’est souvent au moment d’écrire que les gens bloquent… ou se plantent.

L’écriture en soi est une compétence (il y a une différence entre écrire une liste d’épicerie et un texte vivant et punché) et l’écriture sur le Web comporte ses propres codes et écueils.

Les codes de l’écriture Web

D’abord, il faut dire que la lecture à l’écran est plus ardue que celle sur papier. Corollaire de cette remarque: il faut éviter les trop longues phrases, faute de quoi on risque bien de perdre rapidement l’attention du visiteur.

Autre point important: la structuration du texte. Si l’oeil humain peut différencier les éléments d’un texte, les moteurs de recherche ne sont pas si fins. En bons robots, ils ne distinguent les éléments qu’en fonction de leurs balises. De là l’importance de hiérarchiser les titres et sous-titres du texte par des balises appropriées (titres de niveau 1 à 6 – on utilise généralement les 3 premiers) pour les différencier des paragraphes. Votre référencement vous en remerciera.

Beaucoup d’autres éléments sont également à prendre en compte. Je recommande à cet égard l’excellent guide « Écriture Web » de la série Le français au bureau, produite par le gouvernement québécois. Clair et concis, ce guide détaille les principaux éléments à prendre en compte pour correctement structurer un texte sur le Web.

Les écueils des communications par courriel

Difficile d’imaginer les communications professionnelles sans courriel tellement nous utilisons à tout moment ce moyen de communication. Le courriel permet de rejoindre de façon instantanée une personne n’importe où sur la planète, au point où nous pêchons souvent par excès de vitesse. Malgré les émoticônes, qui ne sont d’ailleurs pas très professionnelles, convenons-en, il est facile de mal comprendre le ton d’un message, surtout si celui-ci prend des raccourcis télégraphiques.

Un ami a récemment publié un lien que j’ai trouvé très intéressant qui détaille 10 trucs pour écrire des courriels. Il s’agit en fait de bonnes pratiques qui permettent d’écrire des courriels à la fois efficaces d’un point de vue de l’information comme des relations interpersonnelles, un volet qu’on oublie trop souvent. Quelques exemples: définir un titre de courriel clair, se relire, distinguer les situations formelles des informelles, rester courtois… Simple mais très pertinent.

Bonne lecture!

Marc

Outils pour l'écriture Web by